Dans la peau d’une djihadiste (Anna Erelle)

 

41duate7gbl-_sx307_bo1204203200_
Dans la peau d’une djihadiste – Anna Erelle.

informationsorange1

Nom du livre : Dans la peau d’une djihadiste.

Auteur : Anna Erelle (faux nom).

Editeur : J’ai Lu.

Note : 15sur20

Je suis tombée par hasard sur ce livre en faisant mes courses. Depuis toujours, tout ce qui traite aux religions et croyances m’intéressent. Je suis chrétienne pratiquante, la foi a un grand rôle dans ma vie, je ne m’en cache pas mais je reste toujours curieuse et tolérante vis à vis des personnes qui ne pensent pas comme moi.

Vu l’ambiance dans notre pays et en occident plus généralement, ce livre a tout de suite attiré mon œil. Je vous laisse lire le résumé et vous donnerai mon avis par la suite.

résuméorange1

Convertie à l’islam, Mélodie rencontre sur Facebook le chef français d’une brigade islamiste. En quarante-huit heures, il « tombe amoureux » d’elle, l’appelle nuit et jour, la presse de venir faire son djihad en Syrie et dans la foulée la demande en mariage, lui faisant miroiter une vie paradisiaque. De « chat » Facebook en conversation Skype, Mélodie se prend au jeu et commence à préparer secrètement son départ. Des jeunes Européennes comme Mélodie, chaque semaine plus nombreuses à se laisser embrigader via Internet, l’auteur de ce livre en connaît des dizaines : c’est elle, Anna Erelle, qui se cache en réalité derrière le profil de « Mélodie ». Jeune reporter, elle travaille sur les réseaux de l’État islamique (EI) – dont la propagande numérique, le « djihad 2.0 », constitue l’une des armes les plus redoutables. Pendant un mois, Anna se glisse ainsi dans la peau de Mélodie, et consacre ses journées à vérifier les confidences que son « prétendant » – proche d’Abou Bakr al-Baghdadi, le calife autoproclamé de l’EI – livre le soir derrière un écran d’ordinateur à sa « future épouse ». Dans une impatience grandissante que celleci le rejoigne. Ce voyage est l’ultime étape, la plus dangereuse, de son reportage, et Anna l’a planifié dans les moindres détails. Elle part, comme prévu. Mais tout va déraper. Une enquête-choc impossible à lâcher. Le livre qui aide à comprendre le vrai visage des terroristes de l’EI.

mon avisorange1

On a déjà tous entendu des histoires comme ça ; des jeunes qui s’en vont faire leur djihad, laissant tout derrière eux. Je me suis toujours demandé qu’est ce qui poussait ces jeunes personnes à s’engager dans la gueule du loup. Le cas des jeunes femmes partant pour ces dangereux pays ; là où la plupart du temps le droit des femmes est inexistant me dérange encore plus. Je n’ai jamais jugé ces jeunes, mais ce livre m’a permis de comprendre pourquoi certains pouvaient passer à l’acte se jeter un coup d’œil à ce qu’ils laissent.

Mélodie est en fait une journaliste se faisant passer pour une jeune femme, intéressée par le djihad et l’Etat Islamique. Par un coup du grand coup du hasard, un homme lui envoie des messages privés pour se rapprocher d’elle, pensant sans doute détenir une proie facile entre ses mains. La journaliste le fait bien sûr tourner en bourrique dans un premier temps afin d’en apprendre un maximum sur son identité. Le style de l’auteur est sympa à lire, on s’y perd presque parfois entre sa réelle identité et celle de Mélodie, fictive. On finit même par s’y identifier, à comprendre pourquoi les belles paroles de cet homme manipulateur peut toucher le coeur d’une jeune femme.

Quelque chose m’a touché dans ce récit. Je me suis rendue compte qu’à un moment de ma vie, j’avais les mêmes plaies ouvertes que ces jeunes femmes en quête de reconnaissance, d’amour et d’idéal. Je pense que j’aurais pu moi aussi, tomber dans le panneau si un homme m’avait fait me sentir aussi importante à ce moment là. Je suis réellement triste de savoir que certaines jeunes femmes s’en vont en croyant tout ce qu’on leur dit, en pensant qu’elles seront traités comme des reines. La vérité est qu’elles ne sauront plus la signification du mot dignité, leurs espoirs seront écrasés et leurs âmes volées.

conclusionorange1

 A lire si le sujet vous intéresse ! Je n’ai pas lâché le bouquin jusqu’à ce qu’il soit terminé !