L’Amazone – Clément Mum.

amazone

informationsorange1

Nom du livre : L’Amazone.

Nom de l’auteur :  Clément Mum.

Édition lue: Librinova.

Nombre de pages : 278.

                      Note :  10sur20


Quelques mots sur l’auteur : L’auteure, Mum Clément, écrit sous ce pseudonyme et L’amazone est son premier roman. 

résuméorange1

Annabelle profite pleinement de sa vie de récente retraitée. Tout lui sourit…jusqu’au jour où sa route croise celle d’un chirurgien zélé. En un quart d’heure sa vie bascule. Diagnostic : cancer.. Traitement : mastectomie. Obstinée et optimiste, Annabelle ne se laisse pas abattre. Pour cela, elle devra se battre contre le traitement, contre les médecins, contre l’administration et un peu aussi contre elle même…

mon avisorange1

Je remercie tout d’abord les Editions Librinova ainsi que l’auteur car c’est grâce à eux que j’ai pu profiter de cette lecture. J’ai été attirée par le thème phare du livre, à savoir le cancer et tout ce qui tourne autour.

Annabelle est une femme admirable et décrite comme très positive. Malgré tout, elle n’est pas une super héro et semble assez anxieuse de l’épreuve qui l’attend. Proche de son fils, retraitée profitant sans complexe de sa retraite, cette dernière apprend qu’elle a un cancer. J’ai trouvé ce personnage sympathique bien que l’emploi du pronom  » elle  » pour la décrire m’a un peu déstabilisé. J’aurais sincèrement préféré que l’auteur utilise  » je  » afin de me sentir plus proche d’elle.

J’ai trouvé que le style de l’auteur était un peu simple et saccadé, je ne suis pas habitué à lire une plume comme celle-ci.

Le processus de guérison et le combat d’Annabelle est louable, je pense cependant avoir décelé pas mal de lenteurs, desservant ainsi l’histoire dans sa globalité. Le sujet était pourtant bien choisi, il y avait beaucoup à faire… j’avais d’ailleurs peut être trop d’attentes à ce sujet…

 conclusionorange1En conclusion, je dirai que j’ai plutôt été déçue par cette lecture. Peut-être en attendais-je trop, je ne saurais vraiment le dire. Le thème m’attirait pourtant, mais on ne peut pas tout aimer, n’est-ce pas ?