Stress et troubles anxieux. [Papotage]

J’ai beaucoup hésité avant de rédiger cet article… j’ai mentionné quelque chose sur les réseaux sociaux après avoir lu Follow me back qui racontait l’histoire d’une jeune femme ayant un trouble anxieux. Puis y’a eu l’article du blog Pluie de mots sur le stress… et je me suis décidée, il faut que j’en parle pour tous ceux qui sont dans le même cas. Et qui pensent être seuls. Vous ne l’êtes pas.

Aujourd’hui je vais donc vous parler d’une chose qui conditionne pour l’instant mon quotidien : le trouble anxieux. Sur les réseaux sociaux et les blogs on renvoie généralement une version édulcorée de notre soi, tout à l’air parfait. Pourtant, des êtres humains se cachent derrière avec leurs forces et leurs faiblesses. On veut que personne ne sache de quelle nature ou de quel poids est la croix que nous traînons. Puis parfois on a honte aussi. Honte d’en parler ouvertement. Bref, lançons nous dans le sujet.

Je m’appelle Léa, j’ai 22 printemps et je souffre depuis maintenant 6 ans d’un trouble anxieux. Je n’ai pas eu un parcours très facile jusqu’à maintenant, bien que ça se soit calmé. Cela explique sans doute pourquoi j’ai développé ça, en fait j’en sais rien et la plupart des psychologues / psychiatres ne savent pas vraiment non plus comment ça vient. Mais l’essentiel, c’est que ça pourrit la vie et qu’il faut être bien entouré, positiver et ne pas se laisser faire ; un vrai combat contre soi-même. Mais en quoi ça consiste ? Et bien les 3/4 de la journée je me sens angoissée, la même sensation que vous éprouvez lorsque vous attendez les résultats d’un examen ou lorsque vous pensez bientôt assister à une catastrophe. Vous savez, cette petite décharge électrique lorsque vous loupez une marche dans l’escalier ? C’est en général le début de mes crises d’angoisse x1000. La plupart des gens en ont déjà expérimenté une, et savent à quel point c’est terrifiant.

En gros, votre système de survie se met en branle, tout est fait pour que vous puissiez fuir, même si cela engendre beaucoup d’effets secondaires. Normalement, ce système ne se déclenche jamais sans une bonne raison, le trouble anxieux lui laisse la porte ouverte à chaque instant. Même lorsque je commence à me détendre, une crise peut venir avec comme beau lot des vomissements, l’impression d’étouffer et de mourir, l’impression qu’on va me faire du mal, des crampes dans tout le corps, mon champ de vision qui se rétrécit et une angoisse inimaginable.

J’ai été agoraphobe pendant 1 an et demi, et je suis heureuse d’en être sortie. Suite au commencement de mes crises, je n’osais plus sortir de chez moi. Ça peut vous paraître drôle, pourtant j’en étais incapable, je suis même restée 2 semaines dans ma chambre une fois tellement dehors me terrifiait. Puis j’ai tenté de forcer les choses par moi même en sortant un peu, puis en revenant dans ma chambre, j’allais ensuite jusqu’à la boulangerie et je recommençais. Pendant un an et demi, j’ai quasiment refusé toutes les invitations de mes potes, et pour ma famille, je serrais les dents en usant de tout un tas de stratagèmes pour éviter les crises et stabiliser mon angoisse.

Aujourd’hui j’ai appris à un peu mieux gérer mes crises mais l’angoisse reste là. Je sais que je ne pourrais jamais m’en débarrasser mais je tente du mieux que je peux de passer outre. Lorsqu’on est atteint de ce genre de trouble, on ose pas en parler, parce bien souvent les gens se disent « mon dieu c’est un trouble psychique » et ils en ont peur. Pourtant, quelqu’un qui a la même chose que moi ne fera jamais de mal autour de lui (comme la plupart des troubles psychiatriques) si ce n’est à lui même, tellement sa souffrance le ronge.

Pour ceux qui vivent avec ça, je vous souhaite un bon courage, vous promets que cela peut s’arranger avec beaucoup de bonne volonté et des conseils. Je suis d’ailleurs là en privé pour ceux qui souhaitent en parler. Ne restez pas seuls ! C’est votre meilleure chance de vous enfermer dans un cercle vicieux et de vous laisser aller.

Pour ceux qui ne connaissent pas, je vous supplie de vous informer et d’accompagner toute personne dans votre entourage qui serait sujet à ce genre de problème. Sachez cette souffrance n’est pas imaginaire, les symptômes sont bien physiques. Soyez patients, comme l’a été mon mari avec moi et comme il l’est toujours, cela joue énormément dans l’amélioration du trouble anxieux. Et surtout gardez l’esprit ouvert ! L’amour fait des miracles !